Micro-residence LEBENSLINIEN du 25 février au 6 mars 2022 à Coyhaique (Chili)

Dirigé par : Bénédicte Billiet, Valentina Morales y  Sophia Otto
Production : Emilia Fierro y Beatriz Pino
Identité graphique: Hugo Cordeau

Réalisé pour, avec et par le « Colectivo Danza Aysén » et le « Red de Artes Escénicas »

« Lebenslinien – Coyhaique » est le nom de la micro-résidence réalisée dans la ville de Coyhaique par la Cie. Entretemps, en coproduction avec le collectif Pareidolia, Emilia Fierro et Beatriz Pino. Le projet a été réalisé entre le 25 février et le 6 mars 2022, dans les locaux du Musée Régional d’Aysén et du Centre Culturel de Coyhaique. « Lebenslinien », pourrait se traduire en français par « lignes de vie » nées de la rencontre et de l’expérience de trois danseuses et créatrices : Sophia Otto (franco-allemande, 28 ans), Valentina Morales (chilienne, 36 ans) et Bénédicte Billiet (Française, 67 ans). Ainsi, à partir de notre « inter-générationnalité » et de notre « multiculturalité », nous travaillons et interrogeons les différents âges et étapes de la vie, ainsi que « l’origine » de nos familles : ressorts centraux de notre recherche. À travers cette initiative « intergénérationnelle » et « internationale », à partir d’âges et de perceptions différents, ils ont invité le « Colectivo Danza Aysén » et le « Red de Artes Escénicas » à explorer les relations avec leurs histoires et leurs paysages, leurs ancêtres et leurs descendants. Les histoires de ce territoire magique et mystérieux que nous avons découvert et qui nous a réunis pour danser au sud du monde, au cœur de la Patagonie chilienne.

La résidence de formation comprenait un atelier de huit jours qui était divisé en deux parties : une partie « technique », où nous avons travaillé à partir d’éléments de « l’Ashtanga yoga appliqué à la danse », l’improvisation dirigée, ainsi que les techniques de tradition de la Folkwangschule en Essen, Allemagne et de l’expérience de Bénédicte Billiet lors de son travail avec Pina Bausch. L’autre volet, « recherche-création », était proposé comme un parcours avec les participant.e.s à travers leur histoire personnelle, collective, familiale et, dans certains cas, celle de leurs ancêtres autochtones. Alors nous sommes allés à la recherche de traces enfouies, d’espaces entre espaces, à la recherche de lignes qui nous reliaient, d’intersections et de « lignes de faille ». À partir de questions courtes, chaque participant.e a pu créer ses propres réponses, basées sur ses expériences et ses fantasmes, révélant les petits détails et la singularité de chaque danseur et danseuse, sa fragilité, sa force et sa beauté.

En fin de semaine, nous avons organisé une après-midi de « portes ouvertes » et deux jours de « spectacles », où nous avons présenté le résultat de l’atelier-créatif et deux oeuvres de la Cie. Entretemps : Entretemps au grenier (2019), interprété par Bénédicte Billiet et Sophia Otto, et Des Himmels Blau (2019) interprété par Valentina Morales et la projection en direct d’Hugo Cordeau.

Un grand merci à chacun.e des danseurs et danseuses qui ont participé à cette rencontre qui, nous l’espérons, a laissé des graines qui continueront à grandir et à nous relier malgré l’éloignement de nos terres et géographies.

Carolina Caceres, Andrés Acosta, Carlos Galdames, Ana Ansón, Manuela Millar, Beatriz Pino, Oscar Cárcamo, Javiera Cori, Christian Lira, Maria José Vivero, Ivon Lejonagoitia, Cecilia Barril, Jeannie Pizarro, María José Quevedo, Sol Inzunza, Amelia Osorio, Maria Eugenia Duran