C’est avec regret que nous avons appris le décès du philosophe Bernard Stiegler, qui s’est éteint le 5 août 2020.

Son départ est, de notre point de vue, une perte importante pour la pensée complexe. Le philosophe, âgé de 68 ans, pouvait partir dans des digressions à couper le souffle qui donnaient matière au questionnement et aux recherches. Technicien habile en langage, il décrivait de nombreux concepts qui permettaient de comprendre précisément les enjeux humains de notre ère, notamment parce qu’ils sont liés à nos origines préhistoriques.

In the memory of Bernard Stiegler from Hugo Cordeau on Vimeo.

Dans son travail, on comprend l’importance de l’anthropologie à l’ère de l’anthropocène. Pourquoi l’humain, depuis 3 millions d’années, sculpte-t’il son cerveau à l’aide des organes exo-somatiques (hors du corps / artificiels) ? Pourquoi nous taillons des silex et créons des outils depuis des générations et quel est l’impact de ce travail et de ces gestes sur notre plasticité cérébrale, notre mémoire et nos comportements ? En substance, il met en garde sur les automatismes, le réchauffement climatique, les algorithmes, le danger que représente les écrans pour les enfants, et la perte de notre noèse (acte de penser).

Bernard Stiegler est en contre-partie fervent défenseur de valeurs qui nous sont communes chez Pareidolia. Enrichir ses savoirs au quotidien, les diversifier, les partager. de notre côté, nous essayons d’exploiter les machines pour qu’elles nous permettent de nous libérer du temps pour lire, écrire, dessiner, danser, pratiquer la musique, cultiver des jardins, cueillir des fruits, observer ce qui nous entoure, voyager à vélo, cuisiner, bricoler, tailler, sculpter, peindre, tricoter, fabriquer, pratiquer les langues, photographier, construire, étudier et bien sûr, le plus important : élever nos enfants dans ce milieu.

Serait-ce donc ça, la promesse de l’humain.e augmenté.e, dont les machines seraient initiatrices ? Celui ou celle qui s’émancipe de l’emploi pour enrichir son travail, et croquer la vie à pleine dents ? Celui ou celle qui développe ses sens et découvre de nouvelles sensations ?
Pourtant, on l’aura compris, ça ne semble pas être le plan des grands industriels de ce monde. En tout cas, ça n’est pas le sort réservé à tous et toutes.

Stiegler aura été, pendant des années, un phare dans cet océan de questions et de réflexions. Sous son conseil, nous cherchons aujourd’hui à récupérer le temps et l’attention que nous vole un pouvoir psychologique qu’un petit nombre exerce sur l’ensemble. Recréons, réinventons, expérimentons, partageons.

#Audio :

Serions-nous en train de perdre la raison ?
Etienne Klein interview Brenard Stiegler via France Culture, 25/06/2016
https://www.franceculture.fr/player/export-reecouter?content=4800812c-36ee-4068-8492-3c9a1b5e1a70

#Vidéo :

Mémoire et corps : qu’en disent les philosophes ? Conférence MSH Sud 24/09/2018
Bernard Stiegler et Alain Damasio, Révolution ou bifurcation Au Ground Control, le 19/10/2019
Bernard Stiegler : mutations sociales, politiques, économiques et psychologiques chez Thinkerview le 17/01/2018

Hugo

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *